At the national level

Les associations de femmes luxembourgeoises demandent une politique abolitionniste de la prostitution

[Luxembourg, le 5 novembre 2012] La journée du 5 novembre 2012 a joué un rôle important pour le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) et ses membres. Un rendez-vous avec la Ministre de l’Egalité des chances, une conférence de presse et une conférence publique ont permis de réitérer leurs revendications en matière de politiques publiques sur le phénomène prostitutionnel et de rappeler qu’elles sont des interlocutrices incontournables dans les réflexions en cours au Luxembourg.

Les invité-e-s de ces moments clés étaient Mme Danielle Bousquet et Mr Guy Geoffroy, respectivement présidente et rapporteur de la mission d’information sur la prostitution à l’Assemblée nationale française, et Pierrette Pape, chargée de politiques au lobby européen des femmes (LEF) et coordinatrice de la campagne ‘Ensemble pour une Europe libérée de la prostitution’.

Lors de la rencontre avec Mme Françoise Hetto-Gaasch, Ministre de l’Egalité des Chances, les deux invité-e-s français-e-s ont présenté le résultat des travaux de la mission d’information, qui a débouché en avril 2011 sur un rapport très complet, issu de recherches et rencontres avec plus de 200 acteurs-trices en France et dans plusieurs pays européens, dont la Suède et les Pays-Bas. Intitulé ‘Prostitution : l’exigence de responsabilité. En finir avec le mythe du plus vieux métier du monde’, le rapport a donné lieu à la résolution parlementaire française du 6 décembre 2011, soutenue par l’ensemble des groupes politiques de la chambre et adoptée à l’unanimité, qui réaffirme la position abolitionniste de la France en matière de prostitution. Position qui devrait aussi être celle du Luxembourg, qui a signé comme la France et 15 autres pays européens la Convention des Nations Unies de 1949 pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui. Le rapport français préconise de s’attaquer à l’ensemble des piliers qui constituent le système prostitueur : accompagner et soutenir les personnes prostituées, lutter contre toutes les formes de traite et de proxénétisme, et responsabiliser les clients au travers de la pénalisation d’achat d’un rapport sexuel. Ces demandes sont également celles du CNFL pour le Luxembourg. Mme Bousquet et Mr Geoffroy ont rappelé que projet abolitionniste correspond à une vision de la société égalitaire, respectueuse de la dignité humaine et opposée à la marchandisation du corps humain, et espèrent voir la France se positionner en 2013. Alors que le débat sur la prostitution prend pied au niveau européen, en partie grâce au travail de sensibilisation et de plaidoyer du LEF, le Luxembourg pourrait aussi s’inscrire dans ce mouvement abolitionniste et montrer le chemin vers plus d’égalité et moins de violences faites aux femmes.

Lors de la conférence de presse et la conférence publique qui ont suivi, les travaux français ont été de nouveau présentés, ainsi que le bilan des deux ‘modèles’ régulièrement invoqués quand il s’agit de prostitution : le modèle suédois (abolitionniste) et la modèle néerlandais (réglementariste). Pierrette Pape a utilisé les rapports et études publiées par les instances publiques de ces deux pays pour dresser une évaluation de ces deux politiques, au regard de leur impact sur les personnes prostituées, sur l’évolution de la traite des êtres humains et sur la société en général. Vous trouverez les données dans sa présentation, qui démontre que la ‘légalisation’ de la prostitution bénéficie principalement aux trafiquants et proxénètes. En reprenant les résultats de l’enquête réalisée par le ministère luxembourgeois en juin 2012, elle a également insisté sur le rôle du ‘client’, qui bénéficie encore de nombreux clichés excusant ou justifiant sa conduite. A l’appui de nombreuses données sur les clients-prostitueurs, un récent rapport de l’agence américaine US AID préconise entre autres la responsabilisation des ‘clients’, notamment de manière pénale, afin de lutter de mettre fin à terme au système prostitueur.

La soirée s’est terminée par la projection du film ‘Not for sale’, produit par le LEF en 2006, et qui présente des témoignages de survivantes de la prostitution. Plus de 70 personnes ont assisté à cette conférence, qui a donné lieu à plusieurs articles de presse : Brutale Welt et CNFL setzt sich für Abolitionismus ein.

Latest video

Loud and United to end violence against women and girls, European Women’s Lobby Conference, 6 December 2017, Brussels.

Find more videos on our Youtube channel

Facebook Feed

Get Involved