Press releases

Le viol n’est pas un jeu

La vente en ligne sur Amazon.com d’un simulateur de jeu de viol japonais appelé « RapeLay » a suscité de vives réactions parmi les ONG et la presse [1].

Ce jeu vidéo présente un homme dont le but est de traquer et de violer des femmes et des filles, des mères et leurs filles, et à les faire « bénéficier » de ces expériences. Pour commencer, le joueur attaque et viole une femme et ses deux petites filles dans le métro. Le jeu comprend également de la violence sexuelle contre chaque femme et fille dans un train, ainsi que des viols de groupes de femmes, et oblige les femmes victimes à se faire avorter suite à ces agressions.

Le Lobby européen des femmes (LEF) est consterné par et condamne fermement ce jeu simulateur de viol, qui sous le couvert d’un prétendu monde virtuel inoffensif permet la mise en scène de ces pratiques révoltantes. Les recherches menées sur les jeux vidéo violents montrent que l’exposition à ces jeux influence les tendances de comportement du joueur par le renforcement des normes violentes. Le jeu « RapeLay » favorise une attitude hostile à l’égard des femmes et des filles, et applique et promeut des stéréotypes sexistes, discriminatoires et dangereux.

Le LEF ne peut pas considérer cela comme une question de liberté d’expression, et dénonce la banalisation et promotion de l’agression sexuelle. « Le viol n’est pas un jeu », a déclaré Myria Vassiliadou, secrétaire général du Lobby européen des femmes, « et malgré que le RapeLay soit un jeu d’ordinateur virtuel, de fait, il approuve et encourage des normes agressives ». La violence sexuelle touche chaque année plusieurs centaines de milliers de femmes, selon l’Organisation mondiale de la santé ; en Europe, une femme sur cinq a connu la violence sexuelle au cours de sa vie. Le jeu simulateur RapeLay n’est certainement pas utile dans la lutte contre ces chiffres, mais au contraire perpétue la violence contre les femmes.

Le LEF soutient donc toutes les ONG de femmes dans le Japon dans leur appel à l’action contre RapeLay. De plus, le LEF soutient la décision prise par le détaillant à interdire la vente de ce jeu et les appels à la communauté, y compris les dirigeants politiques, à se mobiliser contre la vente de RapeLay, qui est toujours disponible au Japon.

[1] Voir par exemple l’article dans le journal irlandais The Belfast Telegraph (“Exclusive : Amazon selling rape simulation game”, 12.02.09) et l’appel à l’action de Equality Now sur http://equalitynow.org/english/acti...

Latest video

Loud and United to end violence against women and girls, European Women’s Lobby Conference, 6 December 2017, Brussels.

Find more videos on our Youtube channel

Facebook Feed

Get Involved